La théière

Deux anglaises, deux sœurs ont acheté à Portobello, le marché aux puces londonien, une vieille théière en argent complètement ternie. Dès leur retour chez elles, elles la passent au produit, la frottent, l’astiquent et la théière est comme neuve. A ce moment là une fumée s’en échappe et se transforme en un génie qui leur dit :

– Je suis le génie de la théière. Depuis des siècles j’étais prisonnier de ce récipient, et en lui redonnant sa jeunesse vous m’avez libéré. Vous pouvez faire trois vœux n’importe lesquels, je les exaucerai.
– Oh ! dit la première pour inaugurer notre nouvelle acquisition je voudrais une boîte de très bon thé, le meilleur du monde…
– Exaucé !

Sa sœur la regarde furieuse.
– Mais tu es folle on peut obtenir tout ce qu’on veut, un château, une Rolls, des milliards, et toi tu demande une boîte de thé ? Je rêve ! Tiens cette théière je voudrais qu’on te la mette là où je pense !

Et il a fallu le troisième vœu pour la ressortir…

3.44 avg. rating (69% score) - 36 votes
Cet article a été publié dans Blagues, Conte de fée. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

Frédéric Dard Le pétomane est mort. Pet à son âme.