Le week-end de pêche

Le directeur d’un grand magasin circule parmi les rayons pour vérifier que chacun fait correctement son travail.

Arrivé aux articles de pêche, il voit un vendeur qui dit à un client :

  • Avec des hameçons comme ceux-ci, monsieur, prenez ce fil. Et là, je ne vous cache pas que vous risquez de ferrer de grosses pièces, alors il vous faut des gaules en rapport. Je vous conseille ce modèle, qui est ce que nous avons de mieux… Je vous en mets trois. Bien entendu, j’ajoute les moulinets, les mouches, une épuisette, un panier pour mettre le poisson, un autre pour le pique-nique, et un pliant. Ah, j’oubliais ! Il vous faut aussi des bottes en caoutchouc, une combinaison imperméable et un chapeau de paille. Mais, dites don, équipé comme vous allez l’être, ça serait dommage de rester tout le temps au bord. Venez voir nos barques, elles sont superbes. Tenez, prenez celle-ci, elle est très stable. Évidemment, ramer c’est un peu fastidieux, mais j’ai un excellent moteur de quarante chevaux qui vous évitera toute fatigue. Vous allez me dire :  » Comment vais-je transporter tout ça ?  » Ne vous inquiétez pas. Nous avons la plate-forme remorque sur laquelle vous mettrez votre bateau et que vous accrocherez derrière votre voiture. Naturellement nous vendons aussi le système d’attache. Eh bien, je crois que vous avez l’essentiel, nous allons pouvoir passer à la caisse…

Dès que le client est parti, le directeur se précipite vers son vendeur :

  • Mes félicitations ! Vous êtes le meilleur vendeur que j’aie jamais vu au rayon des articles de pêche !
  • Mais je ne fais pas partie de ce rayon, monsieur le directeur, je suis à l’hygiène-beauté. Cet homme était venu m’acheter des serviettes hygiéniques pour sa femme. Alors je lui ai dit :  » Qu’est-ce que vous allez faire pendant trois jours ? Vous devriez essayer la pêche… « 
3.58 avg. rating (71% score) - 19 votes
Cet article a été publié dans Blagues, Commerçant. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

Jacques Deval Tous les sots sont périlleux.