Le Cul du curé : une histoire qui n’est pas celle que vous croyez !

Un jour, un curé s’est engagé dans une course, sur son âne nommé « CUL », et il a gagné.
Le curé était tellement content de son âne qu’il s’est engagé de nouveau dans une autre course et il a gagné encore une fois.
Le journal local a écrit en première page :
Le CUL DU CURÉ VA DE L’AVANT.
L’évêque était tellement contrarié par ce genre de publicité qu’il a ordonné au curé de ne pas inscrire l’âne dans une autre course.
LE CUL DU CURÉ DÉPLAIT À L’ÉVÊQUE a titré le journal !
C’en était trop pour l’évêque alors il ordonna au curé de se débarrasser de l’âne.
Le curé a décidé de le donner à une religieuse dans un couvent proche.
Le journal local, entendant la nouvelle, a posté le titre suivant le lendemain :
UNE NONNE A LE MEILLEUR CUL DE LA VILLE.
L’évêque s’est évanoui Il a informé la religieuse qu’elle devrait se débarrasser de l’âne, alors elle l’a vendu à une ferme pour 10 €.
Le lendemain, le journal disait :
UNE NONNE VEND SON CUL POUR 10 € !
C’en était trop pour l’évêque alors il a ordonné à la religieuse de racheter l’âne et le conduire dans les plaines où il pourrait courir à l’état sauvage.
Le lendemain, les titres se lisaient comme suit : de
LA NONNE ANNONCE QUE SON CUL EST LIBRE ET À L’ÉTAT SAUVAGE.
L’évêque a été enterré le lendemain.
La morale de l’histoire :
Être préoccupé par l’opinion publique peut vous apporter beaucoup de chagrin et de misère . . .
Et même, raccourcir votre vie.
Alors soyez vous-même et profitez de la vie.
Arrêtez de vous inquiéter pour le cul des autres, occupez-vous juste de vos propres fesses !!!

3.61 avg. rating (72% score) - 18 votes
Cet article a été publié dans Blagues, Curé. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.

Jim Carrey J'aime beaucoup la cuisine chinoise. Mon plat préféré est le numéro 27.